Retourner au 400 jours du 400e

Fondation de l’hebdomadaire Le Nord à Hearst

25 mars 2015

Vue aérienne de la ville de Hearst Source: site Web touristique de Hearst

Vue aérienne de la ville de Hearst Source: site Web touristique de Hearst

C’est à la fin novembre 1975, que l’idée de fonder un journal francophone à Hearst, a germé dans les têtes de Paul Tanguay et Raymond Tremblay, fondateurs du journal et de plusieurs autres intéressés.

Après la tenue de deux réunions publiques, une compagnie est formée: Les Presses du Nord-Est de l’Ontario Inc. Un comité provisoire de direction est mis sur pied par des volontaires. Ces volontaires sont Gilles Camiré, Omer Cantin, Joseph Dubé, Laurent Guindon, Henri Leclerc, Marcel Leclerc et bien sûr Paul Tanguay et Raymond Tremblay. Ceux-ci se réuniront chaque semaine pour mettre en marche le processus qui amène encore aujourd’hui, le journal dans les foyers de la communauté.

La population a été invitée à investir dans son journal par le biais de la vente d’actions. Une action commune de 1,00$ plus 5 obligations de 10,00$ donnaient le droit de parole et de vote à chaque membre. Les obligations en coupures de 10,00$ fournissaient les fonds nécessaires pour acheter l’équipement et payer les salaires jusqu’à ce que le journal soit rentable. En 1977, la compagnie comptait 300 membres.

Couverture du 19 mars 2015 du Journal Le Nord de Hearst tiré de leur page Facebook.

Couverture du 19 mars 2015 du Journal Le Nord de Hearst tiré de leur page Facebook.

Le premier numéro du journal Le Nord a été publié le mercredi 24 mars 1976. Il s’agissait d’un journal de 24 pages tiré à 1 600 exemplaires. Même si la première page indiquait un coût de 25 cents l’exemplaire, le journal a été distribué gratuitement dans la région pendant quatre semaines. Le journal a par la suite été vendu à 25 cents l’exemplaire et à 30 cents lorsqu’il a été distribué à domicile par camelots.

L’équipement du journal au départ était loin d’être ce qu’il est aujourd’hui. L’informatique n’étant pas encore en vogue, les fondateurs avait fait l’achat d’une photo-composeuse aux États-Unis. L’Union régionale des Caisses populaires du Grand-Nord a par la suite prêté une titreuse. Le premier local occupé par le journal était situé au 817 de la rue George, à Hearst. On y avait logé des tables pour la mise en page, des classeurs, des bureaux, des téléphones.

Omer Cantin Source: Le blogue officiel du Centre d'archives de l'Université de Hearst

Omer Cantin Source: Le blogue officiel du Centre d’archives de l’Université de Hearst

La première équipe du journal était composé d’Omer Cantin, propriétaire actuel du journal, qui fut le premier journaliste à occuper la salle de nouvelle et Paul Tanguay, rédacteur en chef et publiciste. Deux autres employés se sont joints à eux, il s’agissait de Louise Tanguay à la mise en page et de Gilles Camiré à l’administration. De nombreux collaborateurs ont participé à la publication du premier numéro du journal Le Nord ainsi qu’à plusieurs autres éditions par la suite. Le premier numéro du journal, comportait plusieurs informations locales ainsi que la publication de La Défriche, une recherche historique de la région, publiée en 1974, mettant en vedette plusieurs pionniers de la région.

Un an après la fondation du journal Le Nord, Les Presses du Nord-Est de l’Ontario Inc., gestionnaires du journal Le Nord, font l’acquisition d’une imprimerie qui portera le nom de La Bonne Impression. Les presses de La Bonne Impression rouleront pendant un peu moins d’une dizaine d’années avant qu’elles ne soient vendues dans les années ’80 aux Ateliers du Nord-Est Inc. qui sont toujours à Hearst.

En 1988, afin d’injecter de nouveaux fonds dans l’entreprise, les actionnaires rendent leurs parts à un trio composé de Raymond Alary, Omer Cantin et Louis Corbeil. Puis, en septembre 1993, Le Nord deviendra la propriété d’un seul propriétaire, en l’occurrence Omer Cantin.

Incendie au journal Le Nord à Hearst (2012) Radio-Canada/Martine Laberge

Incendie au journal Le Nord à Hearst (2012) Radio-Canada/Martine Laberge

Aujourd’hui, Le Nord est tiré à 3 500 exemplaires et est distribué de Longlac à l’ouest jusqu’à Smooth Rock Falls à l’est pour bien desservir les francophones du nord-est ontarien. La cote de lecture du journal n’a rien à envier à personne; en effet, celle-ci se situe à 95%, comme en fait foi un sondage mené au printemps 1996 par la firme reconnue, Angus Reid.

Vingt-cinq ans après sa fondation, Le Nord compte plus de 700 abonnés dans toutes les provinces canadiennes ainsi qu’aux États-Unis.

Article tiré du site Web du journal Le Nord