Retourner au 400 jours du 400e

Joël Beddows

22 août 2015

Joseph Beddows est un professeur agrégé et directeur du Département de théâtre à l'Université d'Ottawa. Photo tiré du site Web de l'Université d'Ottawa.

Joseph Beddows est un professeur agrégé et directeur du Département de théâtre à l’Université d’Ottawa. Photo tirée du site Web de l’Université d’Ottawa.

En tant qu’artiste, Joël Beddows est reconnu comme ayant un vif intérêt pour un répertoire exigeant et onirique, pour le théâtre de création et pour le théâtre pour adolescents. Entre 1998 et 2010, il a assuré la direction artistique du Théâtre la Catapulte d’Ottawa : au cours de son mandat, il a fait de cette compagnie vouée aux artistes en émergence l’un des théâtres de tournée les plus importants au Canada et un foyer pour les dramaturges et traducteurs franco-ontariens. En 2010-2011, il a œuvré en tant qu’artiste en résidence au Foyle Arts Centre à Derry en Irlande du Nord avant d’accepter la direction du Département de théâtre de l’Université d’Ottawa où il enseigne à titre de professeur agrégé depuis 2002. En tant que « chercheur-créateur », il anime aussi la Chaire de recherche sur la francophonie canadienne (pratiques culturelles) vouée à l’exploration de nouvelles formes théâtrales.

Le traducteur, metteur en scène Joël Beddows. Il a été directeur du Théâtre la Catapulte pendant 12 ans. Source : Étienne Ranger, Le Droit.

Le traducteur, metteur en scène Joël Beddows. Il a été directeur du Théâtre la Catapulte pendant 12 ans. Source : Étienne Ranger, Le Droit.

Parmi ses mises en scène, il faut mentionner Faust : Chroniques de la démesure (1999) de Richard J. Léger, Safari de banlieue (2001) de Stephan Cloutier, Le Testament du couturier (2003) de Michel Ouellette, Cette fille-là (2004) de Joan MacLeod, La Société de Métis (2005) de Normand Chaurette, Les Entrailles (2007) de Claude Gauvreau, Le Chien (2007) de Jean Marc Dalpé, The Empire Builders (2008) de Boris Vian, Rage (2008) de Michele Riml, Swimming in the Shallows (2010) d’Adam Bock et Happy Days (2011) de Samuel Beckett. Il était aussi l’architecte principal du plus gros projet théâtral dans l’histoire d’Ottawa regroupant près de cent artistes et artisans de la scène et joué dans le cadre du Magnetic North Theatre Festival et de la biennale Zones Théâtrales en 2009, soit le Projet Rideau Project.

Les productions Le Testament du couturier et Cette fille-là ont été récompensées par des Masques de la meilleure production franco-canadienne et Cette fille-là a également reçu le prix Jessie-Richardson de la meilleure production jeune public de Vancouver. À l’automne 2005, Joël Beddows a reçu le prix John-Hirsch; en 2008, les prix Rideau de la meilleure mise en scène et de la meilleure production de la saison pour The Empire Builders; et en 2010, les deux mêmes prix une seconde fois pour Swimming in the Shallows.

Texte tiré de la Fondation pour l’avancement du théâtre francophone au Canada

 

Prix et distinctions :

À la remise de prix Rideau Awards de 2012, Joël Beddows a remporté deux prix, un en anglais et l'autre en français, pour meilleur directeur. Photo tirée de la gallerie Flickr du théâtre Evolution. Source : Andrew Alexander.

À la remise de prix Rideau Awards de 2012, Joël Beddows a remporté deux prix, un en anglais et l’autre en français, pour meilleur directeur. Photo tirée de la galerie Flickr du théâtre Evolution. Source : Andrew Alexander.

2005-2006 – Palme de la meilleure production d’Ottawa-Gatineau remise par le Cercle des critiques de la capitale (CCC) à La Société de Métis de Normand Chaurette.

2005-2006 – Masque de la production franco-canadienne remis par L ’Académie québécoise du théâtre à Cette fille-là de Joan MacLeod, traduction d’Olivier Choinière.

2005 – Prix John-Hirsch remit par le Conseil des Arts de l’Ontario pour « son travail et sa rigueur dans le développement et l’exploration scénique d’une dramaturgie exigeante et audacieuse ».

2004-2005 – Prix Jessie-Richardson, « Meilleure production jeune public » pour Cette fille-là de Joan MacLeod, dans une traduction d’Olivier Choinière.

2004-2005 – Prix Théâtre Le Droit, pour « la mise en scène du Testament du couturier de Michel Ouellette et pour la qualité exceptionnelle de son travail en tant que directeur artistique du Théâtre la Catapulte ».

2004 – Personnalité de la semaine Le Droit/Radio-Canada « pour sa contribution importante au développement du milieu théâtral du Grand Outaouais ».

Joël Beddows détient la Chaire de recherche sur la francophonie canadienne depuis 2006. Photo tiré du site Web de l'Université d'Ottawa.

Joël Beddows détient la Chaire de recherche sur la francophonie canadienne depuis 2006. Photo tirée du site Web de l’Université d’Ottawa.

2003-2004 – Masque de la production franco-canadienne de L’Académie québécoise du théâtre pour la production du Testament du couturier de Michel Ouellette.

2002-2003 – Palme de la meilleure mise en scène de la saison remise par le Cercle des critiques de la capitale (CCC) au Testament du couturier de Michel Ouellette.

2003 – Prix de la ministre de la Culture de l’Ontario remis au Théâtre la Catapulte pour « l’excellence de sa programmation artistique et son travail de développement communautaire, notamment auprès des adolescents par l’entremise de sa production Safari de banlieue de Stephan Cloutier ».

2001 – Prix du lieutenant-gouverneur de l’Ontario (prix Jackman-Bickell) remis par la Fondation du Conseil des arts de l’Ontario, remis au Théâtre la Catapulte (Ottawa).
Texte tiré du site Web de l’Université d’Ottawa.