Retourner au 400 jours du 400e

Joseph Balsara Turgeon

23 avril 2015

Image retrouvé dans le livre Chain of Office: Biographical Sketches of the Early Mayors of Ottawa (1847-1948), par Dave Mullington, Éditions General Store Publishing House, 2005.

Image de M. Turgeon dans le livre Chain of Office: Biographical Sketches of the Early Mayors of Ottawa (1847-1948), par Dave Mullington, Éditions General Store Publishing House, 2005.

Né à L’Assomption (Bas-Canada) le 22 avril 1816, Joseph Balsora (possiblement Balsara) Turgeon arrive à Bytown (Ottawa) vers 1840 pour y exercer le métier de forgeron. Dans les années 1840, il fait partie d’une fanfare nommée Les Musiciens de Bytown et dans les années 1850 il est capitaine dans le 2e bataillon de fusilleurs du comté de Carleton. Devenu conseiller municipal en 1848, il est impliqué dans un affrontement violent entre les Tories et les Reformers, connu sous le nom de Stony Monday (1849). En 1850, il est parmi les signataires d’une charte et un des directeurs-sociétaires de la compagnie de chemins de fer Prescott & Bytown. Président fondateur d’un cercle littéraire et social en 1852, qui deviendra l’Institut canadien-français, Turgeon est successivement échevin, puis maire de Bytown en 1853. Il est le premier francophone à occuper le poste de maire en Ontario, de janvier 1853 à janvier 1854. Turgeon promeut une série de réformes et propose que la désignation de Bytown soit remplacée par Ottawa. Nommé syndic des écoles en 1855, il a contribué à l’établissement de la nouvelle Commission des écoles séparées d’Ottawa créée en 1856. Figure dominante de la communauté canadienne-française d’Ottawa, Joseph-Balsora Turgeon représente bien les secteurs stratégiques privilégiés par les élites au milieu du 19e siècle. Il est fait chevalier dans l’Ordre de Saint-Grégoire-le-Grand en 1853 en reconnaissance de sa contribution civique. Marié en premières noces en 1841 à Mary Ann Donoghue (†1866) et en secondes noces en 1881 à Marie Elizabeth Ménard, il est père de quatre enfants. Il meurt à Hull (Québec) le 17 septembre 1897 à l’âge de 81 ans. Au moment de son décès, Monsieur Turgeon était propriétaire d’un magasin d’instruments de musique à Hull.

 

Image de Joseph Balzora Turgeon  (1853). Source : Université d’Ottawa, CRCCF, Fonds Institut canadien-français d'Ottawa (C36), Ph38-62

Image de Joseph Balzora Turgeon (1853). Source : Université d’Ottawa, CRCCF, Fonds Institut canadien-français d’Ottawa (C36), Ph38-62

Saviez-vous que ?

Il est le premier francophone à occuper le poste de maire en Ontario. Lors de son mandat, Joseph Balsara Turgeon suggère le nom Ottawa en remplacement du nom Bytown et le nouveau nom sera adopté le 1er janvier 1855.

J.B. Turgeon a été nommé juge de paix suite à son intervention historique lorsqu’il a ramené la paix entre des groupes de Canadiens-français, d’Irlandais et d’Anglais, divisés en deux groupes – les Tories et les Reformers, pendant une grave bataille de rue à Ottawa (Stoney Monday).

 

Texte : Jean Yves Pelletier