Retourner au 400 jours du 400e

Séraphin Marion

25 novembre 2014

Seraphin Marion

Séraphin Marion, en 1923 ou 1924. Source : J.-A. Castonguay. Université d’Ottawa, CRCCF, Fonds Séraphin-Marion (P106), Ph152-A9.

Né à Ottawa le 25 novembre 1896, diplômé des universités d’Ottawa, de Paris et de Montréal, détenteur de deux doctorats en littérature, Séraphin Marion enseigne le français au Collège militaire de Kingston (1920-1925), puis devient traducteur aux Archives publiques du Canada de 1925 à 1953 tout en étant professeur à l’Université d’Ottawa pendant les mêmes années. Dans son travail archivistique, il découvre une mine de renseignements, soit le corpus littéraire canadien-français peu exploité à cette époque. Dès lors, il enseigne la littérature canadienne-française à l’Université d’Ottawa et rassemble le fruit de ses recherches dans une vingtaine d’études, dont Relations des voyageurs français en Nouvelle-France au XVIIe siècle (1923), Un pionnier canadien : Pierre Boucher (1927) et Hauts faits du Canada français, relevés et commentés par des anglophones (1972). Il publie neuf volumes dans une collection intitulée Les Lettres canadiennes d’autrefois (publiés entre 1939 et 1958). Il préside la Société des conférences de l’Université d’Ottawa, de 1927 à 1939, et devient membre de la Société royale du Canada (1934) – il en est le secrétaire honoraire de 1945 à 1952, de l’Académie canadienne-française et de la Société des Dix (1962). De 1948 à 1958, il est membre du conseil d’administration de la Bibliothèque publique d’Ottawa et il en est le président de 1951 à 1952. Séraphin Marion parcourt le Canada et prononce de nombreuses conférences sur les droits des minorités francophones du Canada. À titre de chercheur et écrivain, il reçoit plusieurs distinctions et honneurs au fil de sa carrière : médaille de vermeil de l’Académie française (1933), médaille Tyrrell de la Société royale du Canada (1953), médaille d’argent du Conseil de la vie française en Amérique (1972), ainsi que membre de l’Ordre du Canada (1976), membre de l’Ordre de la Pléiade (1980) et de l’Ordre de Saint-Grégoire le Grand (1982).

Marié à Monique Roy (1901-1989), il est père de quatre enfants, Séraphin Marion est décédé à Ottawa le 29 novembre 1983 à l’âge de 87 ans.

SeraphinMarion3Saviez-vous que ?

  • Séraphin Marion a été un pionnier de la critique littéraire du Canada français. Il a été un ardent défenseur des minorités de langue française et il ne craignait pas d’exprimer ses inquiétudes sur l’avenir des Canadiens français. Il s’est révélé un homme d’action de mentalité moderne, un chercheur persévérant et un défenseur de l’égalité des sociétés confédératrices française et anglaise.
  • Une école primaire porte son nom à Ottawa depuis 1983.
  • La Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal décerne annuellement le Prix Séraphin-Marion depuis 1984.
  • Une rue d’Ottawa et une Centre de jour pour aînés d’Orléans porte son nom depuis 1987.