Retourner au 400 jours du 400e

Jeannine Séguin

2 octobre 2015

Native d’Alexandria, Jeannine Séguin est née le 30 septembre 1928.

Façade de l'École secondaire catholique La Citadelle Source: Office de la qualité et de la responsabilité en éducation

Façade de l’École secondaire catholique La Citadelle Source: Office de la qualité et de la responsabilité en éducation

Elle est une enseignante qui devient directrice de la section française de l’École secondaire Saint-Laurent, à Cornwall. Comme cette institution accueille sous son toit des élèves francophones et anglophones, Jeannine Séguin s’embarque dans une lutte qui mène à la création d’une école secondaire de langue française, La Citadelle, dont elle devient la directrice de 1973 à 1980. Élue présidente de l’Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (1973-1974), puis de l’Association canadienne-française de l’Ontario (1978-1980), elle réussit à réunir des partenaires dispersés en province et à leur donner un sens de direction. Durant son mandat à l’ACFO, elle se retrouve en plein cœur de la lutte historique de Penetanguishene. Elle se joint aux Franco-Ontariens de la Huronie, qui réclament une école secondaire française, et leur victoire en 1979 est accueillie comme un triomphe de la même envergure que la lutte contre le Règlement 17 au début du siècle.

FCFADe 1980 à 1983, Jeannine Séguin assume la présidence de la Fédération des francophones hors Québec, aujourd’hui la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada. Elle sillonne le pays et tient un discours rassembleur en affirmant « qu’un bon système d’éducation française demeure l’élément essentiel pour alimenter tous les secteurs d’activités communautaires ». Jeannine Séguin trouve aussi le temps de cofonder la clinique juridique de Stormont-Dundas-Glengarry et de participer aux activités de la Société d’aide à l’enfance de Cornwall. Son travail, son engagement, sa vision et son leadership sont hautement reconnus, comme en font foi les nombreuses distinctions qui lui sont accordées : Mérite franco-ontarien (1977), Médaille d’argent Bene Merenti de Patria (1983), Ordre de la fidélité française (1983), Ordre du Canada (1985) et Ordre de la Pléiade (1985).

Jeannine Séguin meurt à Cornwall le 23 novembre 1999.

Saviez-vous que ?

Jeannine Séguin est la seule femme franco-ontarienne à présider deux associations provinciales, soit l’Association des enseignants franco-ontariens et l’Association canadienne-française de l’Ontario, ainsi qu’un organisme national, la Fédération des francophones hors Québec.

Texte : Jean Yves Pelletier.