Retourner au 400 jours du 400e

La crise scolaire de Cornwall

5 mars 2015

Manifestation devant les bureaux du Conseil scolaire de Stormont-Dundas-Glengarry Source: Association des enseignantes et enseignants franco-ontariens

Manifestation devant les bureaux du Conseil scolaire de Stormont-Dundas-Glengarry Source: Association des enseignantes et enseignants franco-ontariens

par  Daniel Marchildon  (collaboration spéciale)

Nous la voulons et nous l’aurons.  En 1973, ce cri de ralliement mobilise les jeunes de Cornwall. Les élèves gagneront une école, mais certains de leurs enseignants seront perdants.

À la fin des années 1960, trois écoles secondaires privées ferment leurs portes à Cornwall dans l’est de l’Ontario.  Environ 375 élèves francophones s’inscrivent alors à l’école secondaire publique bilingue, l’école Saint-Laurent. En 1969, les francophones demandent au conseil scolaire de Stormont-Dundas et Glengarry de transformer Saint-Laurent en une école  française.

Le conseil scolaire accepte mais, un mois plus tard,  offre plutôt un vieux couvent désaffecté pour loger l’école française. On arrive alors à une entente pour partager l’école Saint-Laurent. En septembre 1970, l’école fonctionne avec un système d’horaire à relais entre les rotations française et anglaise.  Mais le conseil maintient un programme bilingue dans une autre école, Général Vanier.  De plus, la rotation anglaise à Saint-Laurent conserve des cours en français.  Ces mesures divisent les inscriptions du côté francophone.

Façade de l'École secondaire catholique La Citadelle Source: Office de la qualité et de la responsabilité en éducation

Façade de l’École secondaire catholique La Citadelle Source: Office de la qualité et de la responsabilité en éducation

Le malaise à  l’école augmente. Le 14 mars 1973, les étudiants francophones font la grève. Peu après, le conseil scolaire congédie deux professeurs francophones.  Il les accuse d’avoir incité les étudiants à manifester.

Le 12 juin 1973, le conseil scolaire accepte enfin de transformer l’école  Saint-Laurent en une école française.  Elle prendra le nom « La Citadelle ».

Comme c’est souvent le cas, même quand le groupe gagne, ce sont des individus qui payent le prix de la victoire.

Le Droit, Éditorial sur les revendications des francophones de la région de Cornwall. (1973) Source:  Fonds Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens(C50) © Université d’Ottawa, CRCCF, 2012

Le Droit, Éditorial sur les revendications des francophones de la région de Cornwall.
(1973) Source:
Fonds Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens(C50)
© Université d’Ottawa, CRCCF, 2012

Partenaires